dimanche 29 mars 2020

RÉSOLUTION 2020/1


PRÉAMBULE

Des Français issus de tous horizons se sont constitués en ministère public pour effectuer un bilan global de la situation française et internationale.

Réunis en décembre dernier lors du "Procès de Milan", ils ont adopté un concept novateur pour faire disparaître l'opposition chronique entre peuples et dirigeants.

Ce concept, une "Cour Suprême du Peuple", applicable dans chaque pays, permettra aux peuples de disposer d'informations véridiques indépendamment des grands médias, d'exercer un contrôle constant sur les activités gouvernementales, et d'assurer la pérennité de la civilisation par des règles humanistes.

Le droit juridique international ayant permis la création de cette "Cour Suprême du Peuple" est précisé par diverses dispositions de l'ONU sous l'appellation "Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes".


Le président de cette Cour Suprême, M. Philippe Laurent, au constat de la gravité de la situation mondiale due à la pandémie COVID 19, a provoqué la première session extraordinaire de cette cour, le 27 mars 2020. 






APRÈS ANALYSES ET DÉLIBÉRATIONS,


CONSIDÉRANT,
  •  Que le concept découvert lors du Procès de Milan, dénommé "Cour Suprême du Peuple", est, à ce jour, seul garant d'une démocratie absolue selon les concepts de liberté, d'égalité et d'équité ; et oblige toute forme de gouvernance à ne considérer que le Bien Commun.

  •  Que la situation mondiale est manifestement orchestrée par une petite oligarchie internationale dont les intérêts sont contraires à ceux des populations.

  • Que la France, déjà privée de constitution valide et donc de gouvernement légitime, voit les dirigeants actuels liquider le patrimoine français et abuser les forces armées pour les conduire à appliquer leurs diktats, au mépris des lois en vigueur.

  • Que, sous prétexte de cette épidémie, les règles démocratiques sont bafouées pour donner tous pouvoirs aux politiciens complices du petit groupe international à l'origine du chaos. Pouvoirs qu'ils n'ont pas hésité à utiliser pour forcer toute la population à une détention à domicile qui, selon tous les experts, est inappropriée, illégale et provocatrice de dommages socio-économiques qui se révèleront bien plus graves que l'épidémie.

  • Que les tentatives de ces dirigeants visant à empêcher le corps médical de traiter les personnes atteintes par diverses manipulations concernant médicaments, masques, tests, et aussi par des lois et fausses informations médiatiques posent question et oblige à envisager le pire : une pandémie voulue et volontairement maintenue. 

  •  Que diverses plaintes, certaines allant jusqu'à accuser ces dirigeants de "crimes contre l'humanité" et "haute trahison" sont en cours auprès d'une justice inopérante car depuis longtemps au service de l'oligarchie.

  • Que l'humanité ne pourra perdurer qu'en adoptant de nouveaux systèmes de gouvernance, les régimes actuels ayant montré qu'ils favorisaient le développement de sectes exploitant les peuples pour leur profit, au mépris de la planète et de toutes ses formes de vie. 

  • Que la France vit maintenant dans un état de non-droit condamnant son existence à court terme, sauf réaction vive de son peuple.

LES MEMBRES DE CETTE 
COUR SUPRÊME DU PEUPLE ONT RÉSOLU :
 
  •  De proclamer officiellement qu'à compter du 2 avril 2020,   cette Cour Suprême du Peuple devient la plus haute autorité de la nation française, et d'inviter tous les peuples voulant se libérer de l'oppression républicaine à en faire autant.

  •  De remplacer les élections républicaines par des élections nationales libres.

  • De déclarer un "état d'urgence populaire" en considérant la Transition politique, donc le Conseil National de Transition, comme un "gouvernement en exil".

  • De nommer M. Eric Fiorile, fondateur de ce Conseil et créateur du programme de transition, chef de ce gouvernement chargé de préparer le changement de paradigme indispensable à la survie de notre nation.

  • D'autoriser tous les citoyens français, individuellement ou en groupe, à prendre toutes les mesures qu'ils jugeront utiles pour dénoncer les mensonges médiatiques, pour résister aux forces armées complices des dirigeants, et, à l'inverse, pour s'allier aux forces armées qui se rangeront du côté du peuple et de la légalité, et dès que possible, de procéder à l'arrestation et la détention des principaux criminels déjà mis en accusation, et en particulier ceux qui tirent profit de cette épidémie et perturbent l'activité du corps médical, donc principalement Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Agnès Buzyn.

  • De suspendre de leurs pouvoirs, tous les relais francs-maçons au service de cette secte internationale, en particulier préfets et sous-préfets, procureurs, conseils généraux et régionaux, et maires des 500 plus grandes villes.

  •  De suspendre toutes les décisions du Conseil d'État et du Conseil Constitutionnel, ces deux organismes ayant démontré récemment qu'ils étaient menés en faveur des intérêts de la secte maçonnique et opposés aux intérêts des Français.

  • Ces milliers de postes occupés par les membres de la secte maçonnique, relais des dirigeants actuels, seront compensés au fur et à mesure par des assemblées de citoyens.



Résolution 2020/2

PRÉAMBULE  Le conseil National de Transition est provisoirement le gouvernement de la France Libre. Il est régi par des règles stric...